Julien Cadio : «  Catalina maximise le ROI des actions marketings en ciblant les shoppers stratégiques en amont, pendant et après l’acte d’achat » 

Directeur commercial de CATALINA, Julien Cadio présente ce grand nom de l’activation shoppers, qui aide les marques à maximiser leur visibilité auprès des shoppers, aussi bien en point de vente que sur desktop et mobile.

La Story Catalina ?

JC – Catalina est née il y a 40 ans, lors de l’avènement des codes barres sur les produits en grands et moyennes surface. Les fondateurs de la société étaient alors en vacances, dans l’île Santa Catalina, au large de la Califonie, et c’est lors de ce séjour qu’ils ont eu cette idée de génie d’exploiter cette données des codes barre pour réaliser des bons de réduction personnalisés afin de maximiser la rentabilité des actions promotionnelles ou de communication des industriels et les retailers

Aujourd’hui, Catalina un acteur global avec une présence aux Etats-Unis, au Japon mais également en Europe. En France, Catalina analyse la data de plus de 6500 points de vente et collecte deux types de data, qu’on traite pour derrière adresser des messages personnalisés au shopper.

Concrètement, c’est 200 millions de transactions liées au code EAN qu’on analyse mensuellement. Mais c’est aussi plus de 45 millions de cartes de fidélité qu’on analyse sur un historique de deux ans. Ce qui nous permet de cibler le shopper en fonction de son historique d’achat.

 

Des solutions plébiscitées par les annonceurs ?

JC – L’objectif principal de cette solution, c’est de répondre à des enjeux marketing, mais surtout de maximiser la rentabilité des actions promotionnelles. Aujourd’hui, cette valeur ajoutée séduit les industriels qui sont challengés par la hausse des matières premières, bien entendu, et l’inflation auprès du shopper.

Nos partenaires industriels recherchent des actions qui maximisent leur rentabilité et c’est ce qui fait qu’aujourd’hui, Catalina travaille peu ou prou avec neuf industriels sur dix sur des plans d’activation, de recrutement, de fidélisation ou finalement de circulation entre les gammes.

Les données des cartes de fidélité et l’historique d’achat nous permettent de faire naviguer les shopper, de leur adresser un message qui va leur permettre de découvrir une innovation, d’être recruté sur une gamme ou encore de développer leur implication auprès d’une marque.

 

En route vers l’omnicanalité ?

Ce qui fait qu’aujourd’hui on fait à peu près 350 campagnes digitales par an vient du fait de deux valeurs ajoutées qui sont extrêmement plébiscitées par nos partenaires industriels. La première, c’est toujours d’adapter nos offres de réductions en fonction d’un comportement d’achat.  L’idée n’est pas de subventionner ou de générer de la déperdition, mais une offre personnalisée en fonction du comportement d’achat naturel lié aux cartes de fidélité, mais aussi du parcours et de navigation du shopper dans notre écosystème. On va donc générer du drive to shop, on va amener le shopper lorsqu’il prépare sa liste de courses en magasin, générer des ventes

Et le deuxième objectif que l’on peut réaliser grâce à cet écosystème mobile et desktop, si je puis dire, c’est d’aider les marques à interagir avec le shopper. L’industriel a besoin d’avoir des avis conso pour pouvoir développer les innovations de demain et c’est ce qu’on va leur proposer d’avoir.

C’est la raison pour laquelle on est ravis de fêter les dix ans de notre deuxième brique. Après l’instore, le digital cette anné, c’est effectivement l’avènement de l’omnicanal ou comment comment travailler les synergies entre ces deux briques, au travers d’une ultra personnalisation, qui permet de maximiser la rentabilité.

Maintenant, l’idée, c’est de s’assurer que le même shopper, on le touche en magasin, en magasin virtuel avec le drive et notre partenaire Leclerc ou in-store avec l’ensemble de nos partenaires, mais aussi lors de sa préparation de liste de courses et finalement ne pas s’arrêter à un funnel de conversion. Mais d’aller après ce funnel de conversion, c’est de s’assurer qu’il achète et de s’assurer qu’il est ré-achète

Et pour ré-acheter, il faut maximiser sa visibilité, la visibilité de la marque, maximiser la notoriété de la marque grâce à nos outils médias sur la toile à travers le mobile ou le desktop. Interagir avec le shopper pour s’assurer de son implication à la marque et derrière, lui donner des intérêts à aussi développer sa fidélité pour en faire des ambassadeurs de demain.

 

La dernière interview

Dernières News

Newsletter

Lettre d’information

Partager cette page

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email