Frederic Leclef : « Lyf permet de gommer les irritants liés au paiement, grâce au mobile »

Directeur général délégué de LYF, Frédéric Leclef revient sur le succès de son application de paiement, utilisée par plus de 2,5 millions de consommateurs, et qui se transforme en véritable « Wallet ».

La crise sanitaire, un accélérateur pour le paiement mobile ?

FL – Nous avons effectivement constaté ces dernières années une adoption croissante du paiement mobile, notamment parce qu’il va au-delà du plafond des 50 euros du paiement sans contact. Et on observe en parallèle l’adoption massive de technologies comme le QR Code, qui étaient peu utilisées avant la crise. Au restaurant, 58% des consommateurs déclarent désormais utiliser le QR Code, notamment pour consulter un menu.

Ce chiffre montre que la crise sanitaire a changé un certain nombre de fondamentaux technologiques, ce qui ouvre un champs d’innovations extrêmement intéressant. Au restaurant par exemple, le QR Code permet non seulement de consulter un menu, mais également de passer une commmande, et bien entendu de payer son addition. C’est certainement la crise sanitaire qui a permis d’accélérer l’adoption de ces innovations.

LYF, une volonté de réinventer l’expérience client ?

FL – Exactement, et la dématéralisation du passage en caisse, ains que celle des portefeuilles dans nos smartphones permet de proposer aux consommateurs des nouveaux parcours d’achat, dont certains s’affranchissent même désormais du passage en caisse.

C’est le cas du Scan & Go, grâce auquel le consommateur va pouvoir faire ses courses en scannant le code barre d’un produit, directement avec son smartphone, ce qui va alors constituer son panier d’achat, à l’instar de l’expérience sur un site e-commerce. Et il pourra ensuite payer avec ce même smartphone et sortir du magasin, sans passer en caisse.

Autre exemple : dans une station-service, on pourra bientôt payer son plein d’essence directement depuis son smartphone, sans avoir à passer par la guérite ou par une borne de paiement par carte. Toujours dans l’univers des transports, nous allons également prochainement lancer le paiement de son parking directement depuis son smartphone, sans avoir à passer par une borne, en associant son compte Lyf à sa plaque minéralogique.

Le futur du paiement… c’est de disparaitre ?

FL – Non : l’objectif n’est pas de faire disparaitre le paiement, qui reste la ponctuation d’une relation commerciale, et la valorisation du bien ou du service acheté. Mais le paiement s’accompagne d’un certain nombre d’irritants, notamment le temps d’attente lors du passage en caisse, qui remonte comme le « pain point » n°1 dans toutes les études consommateurs.

L’autre irritant, c’est de devoir transporter une grande quantité de cartes en plastique dans son portefeuille : cartes de paiement, cartes de fidélité, coupons de réduction, tickets de caisse, etc… Avec le numérique, il y a bien évidemment un boulevard pour améliorer l’expérience client.

Il ne s’agit donc pas de gommer le paiement mais de gommer les irritants liés au paiement, en supprimant le temps d’attente en caisse, et en dématérialisant tous les instruments de paiement, dans une application sur smartphone.

Lyf, un géant européen du Wallet ?

FL – On espère ! C’est un sujet sur lequel on travaille depuis déjà quelques années, mais qui commence à se démocratiser parce que sa valeur est perçue par l’ensemble des acteurs de l’écosystème.

Aujourd’hui, l’application Lyf Pay propose non seulement des solutions de paiement, entre amis, en magasin, en ligne… mais aussi des offres commerciales, des outils de gestion de la relation client, permettant aux marques de mettre en place de nouveaux parcours d’achat, en phase avec les dernières attentes des consommateurs.

En ayant commencé avant les autres, Lyf dispose désormais de solutions technologiques couvrant l’ensemble des besoins des acteurs du retail.

 

 

La dernière interview

Dernières News

Newsletter

Lettre d’information

Partager cette page

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email