35% des restaurateurs souhaitent investir dans de nouvelles solutions digitales

Selon la dernière étude Lyf par OpinionWay, 76% des restaurateurs sont satisfaits de leur bilan 2022. En revanche, 73% s'inquiètent de l’impact de la crise énergétique et 46% envisagent d'augmenter leurs prix l'année prochaine
Lyf, la fintech française qui simplifie les paiements et les parcours d’achat du quotidien, dévoile sa nouvelle étude réalisée par OpinionWay. Portant sur le bilan de l’activité des restaurants en 2022, elle permet de dresser un état des lieux inédit et trace les perspectives d’un secteur en tension. Manque de main d’œuvre, inflation, crise énergétique (etc.) : quelles sont leurs conséquences sur l’activité et le moral des professionnels de la restauration ? L’étude démontre que les restaurateurs français sont loin d’avoir jeté leur torchon !
Des restaurateurs avec un moral au beau fixe
Contrairement à ce que l’on aurait pu imaginer au vu du contexte de ces dernières années, le bilan 2022 des restaurateurs est globalement positif. En effet, 76% des professionnels interrogés se déclarent satisfaits des résultats de leur établissement. Une note enthousiasmante après la pandémie qui a fortement impacté ces professionnels.
4 restaurateurs sur 10 (41%) ont vu la fréquentation de leur restaurant progresser cette année. Dans les gros établissements (>10 salariés), ils sont même 61% à avoir eu plus de clients que l’année précédente. Une fréquentation en hausse qui, pour la majorité des restaurateurs (60%), s’est surtout observée cet été. Les vacances et le retour du beau temps étant toujours plus propices aux petits plaisirs de la bonne chère. Enfin, pour quasi 1 restaurant sur 2 (48%), c’est le service du midi qui a généré le plus de fréquentation.
Si les Français sont de retour à table, ils ne sont pas trop gourmands pour autant – crise oblige. Avec une dépense moyenne de 29 euros par personne, les restaurateurs constatent que près d’un tiers (31%) des clients fait plus attention à son budget. A cet égard, c’est le vin (49%), les apéritifs (43%) et les desserts (38%) qui sont les 3 catégories les plus souvent sacrifiées par les clients cherchant à réduire leurs dépenses.
L’Ile-de-France, une région où la restauration souffre plus qu’ailleurs
En Ile-de-France, en revanche, la part de restaurateurs confrontés à des difficultés d’activité est plus élevée que la moyenne nationale :
  • 35% des restaurants franciliens ne sont pas satisfaits de leur bilan 2022 (+11pts par rapport à la moyenne nationale)
  • 40% estiment que la fréquentation a baissé cette année (+17pts par rapport à la moyenne nationale)
  • 43% déclarent une baisse des dépenses de leurs clients (+12pts par rapport à la moyenne nationale)
  • Résilience, flexibilité et innovations au menu
Face à la hausse du coût des matières premières en 2022, près de 6 restaurateurs sur 10 (58%) ont augmenté leurs prix, et près d’1 sur 2 a dû modifier sa carte (48%). En parallèle, les restaurateurs ont aussi dû composer avec la problématique de pénurie de personnel. Certains professionnels ont cherché des parades, telles que la réduction des jours ou des horaires d’ouverture (23%), de leur carte ou du nombre de leurs tables (18%). Pour les plus grands établissements de plus de 10 salariés, 21 % d’entre eux se sont surtout fait épauler par des solutions digitales, à même de faciliter certains aspects du service. Parmi les innovations les plus citées figurent : la prise de réservations en ligne (60%) et le menu digital (59%), la commande à table par QR code (22 %), le paiement à table par QR code (7 %) ou encore le pourboire digital (4%).
2023 : Inquiétudes et nouvelles initiatives à l’horizon 
La majorité des restaurateurs sont optimistes quant à la fréquentation ou au montant moyen dépensé dans leurs établissements pour 2023. En revanche, 73% avouent s’inquiéter des prix de l’énergie et des frais de fonctionnement de leur restaurant. 69% sont également préoccupés par le coût des matières premières et les prix des fournisseurs. Les coûts additionnels engendrés par la crise énergétique et l’inflation impactent donc le moral des professionnels du secteur, et à raison. Dans ce contexte, près de la moitié des restaurateurs (46%) envisage d’augmenter ses prix l’année prochaine. Confrontés à une pénurie de personnel qualifié cette année, plus d’un tiers des restaurateurs (35%) souhaite mettre l’accent sur l’embauche de nouvelles recrues en 2023.
Malgré tout, 28% des professionnels souhaitent investir dans leurs établissements en 2023, que ce soit pour réaliser des travaux ou pour disposer de nouveaux équipements. Enfin, conscients des enjeux de la digitalisation pour le secteur de la restauration, 17% comptent mettre en place des outils innovants dès l’année prochaine (menu digital, paiement par QR code, etc). Cette tendance est encore plus forte pour les propriétaires et gérants d’établissements de plus de 10 salariés : 35% souhaitent investir dans ces nouvelles solutions digitales.

La dernière interview

Dernières News

Newsletter

Lettre d’information

Partager cette page

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email